LA FIN FUT SI TRISTE

Durant les mois précédents, le monde de la presse ne laissa jamais plus un moment de paix à Freddie, se réunissant sans arrêt sur le pas de sa porte et épiant chacun de ses mouvements, les spéculations selon quoi il était sérieusement malade allaient bon train, alimentées par son apparence décharnée et altérée lorsqu'il se montrait durant ces quelques mois. Les échotiers de la presse ne voulaient surtout pas manquer cela si les rumeurs se révélaient être bien fondées.

Le 23 novembre, une fin fut donnée aux rumeurs par Freddie lui-même qui fit une déclaration aux hordes de journalistes rassemblées devant sa porte, et au monde de la presse en général, disant qu'il avait été testé HIV positif et qu'il était malade du Sida. Il pensait que le moment était venu de dire la vérité à ses amis et à ses fans, et il espérait que tous se joindraient à lui et à ses médecins pour continuer la lutte contre cette maladie. Le jour suivant, tous le sjournaux étalaient la déclaration dans leurs colonnes, avec l'aveu de Freddie d'être atteint du virus mortel sur la première page. Mais l'encre de leurs journaux n'était pas encore sèche qu'une nouvelle beaucoup plus dramatique tomba. A 19 heures, le dimanche 24 novembre 1991, la bataille de Freddie était terminée et il donna à ce livre une fin beaucoup plus définitive que tout ce que nous avions prévu. Il est décédé d'une broncho-pneumonie provoquée par le Sida. Tout le monde fut atterré. Seulement ses amis les plus proches avaient été tenus informés de sa maladie jusqu'à l'annonce finale, et même pour eux, sa mort était soudaine et douloureusement choquante. Les secousses provoquées par le choc de sa mort se ressentirent dans le monde entier, et des hommages et des messages inondèrent son bureau et sa maison. John, Brian et Roger étaient anéantis, ils avaient perdu leur meilleur ami. Ils firent le communiqué suivant:

' Nous avons perdu le plus grand et le plus aimé des membres de notre famille. Nous ressentons un chagrin accablant du fait qu'il nous ait quitté, de la tristesse qu'il puisse être ainsi tombé au plus haut de sa force créatrice, mais par-dessus tout, nous admirons très fort le courage dont il a fait preuve, tant pour vivre que devant la mort. Cela a été un privilège pour nous d'avoir pu partager de tels moments magiques. Aussitôt que nous nous en sentirons capables, nous aimerions célébrer sa vie de la manière qu'il aimait tant.'

Durant les deux jours précédant les funérailles de Freddie, les fleurs arrivèrent par camions. Elles étaient livrées chez lui, ou aux bureaux de Queen, et des vans arrivaient toutes les cinq minutes. Des hommages floraux qui allaient de la simple rose rouge à d'énormes couronnes et corbeilles, le mardi soir, il y avait suffisamment de fleurs pour recouvrir l'immense pelouse, devant la porte de Freddie, en double épaisseur. Beaucoup de fans s'étaient rassemblés à l'extérieur de la demeure et en ce mardi soir glacial, le personnel de Freddie, Feebie, Joe et Terry, ouvrirent grand les portes pour permettre aux fans de voir ces fleurs toutes rassemblées devant l'arbre de Noël.

Sa crémation eut lieu le 27 novembre au West London Crematorium. Ce fut un évènement privé et peu furent invités, seulement sa famille, et une poignée d'amis, dont Elton John et Dave Clarke. Le service funèbre religieux fut célébré selon la foi Zoroastrienne, religion Parsee dont les parents de Freddie sont tous deux des adeptes fervents. Quatre voitures furent réquisitionnées rien que pour emmener les fleurs.

Les journaux, en grande partie, furent bienveillants à l'égard de Freddie après sa mort, et la majorité consacra plusieurs pages en hommage à son talent. La statio de radio pop britannique, Radio One, lui consacra toutes ses émissions, tout comme le fit les chaînes de BBC TV et la plupart des chaînes câblées. C'était comme si le monde entier était en deuil, mais, même dans ces moments-là, la presse à scandales ne le laissa pas reposer en paix. Un ou deux journaux britanniques et étrangers essayèrent de salir son passé en imprimant des histoires ignobles, et, souvent fausses, au sujet du style de vie 'gay' de Freddie, et selon leurs propres termes, 'de sa manière de vivre dégénérée'. C'étaient des histoires sans fondement, mais qui servaient uniquement à alimenter de tels journaux. Les personnes qui s'en étaient chargées se rendirent vite compte que les gens, et les fans en particulier, ne voulaient pas lire de tels ordures. Ce contre-coup fut vitriolique mais de courte durée.

Des rumeurs commencèrent alors à circuler pour savoir depuis combien de temps il savait qu'il était atteint du Sida, quelques-uns disant même qu'il aurait pu faire sa courageuse déclaration bien avant. Freddie seulement, et, peut-être ses deux meilleurs amis, Mary Austin et Jim Hutton, savaient depuis combien de temps il était séro-positif et depuis combien de temps il était atteint du Sida. Durant les sept années précédant sa mort, Freddie avait, selon lui, 'vécu comme une nonne'. Il partageait une relation fidèle et proche avec Jim depuis 1985, mais qu'il avait tenue bien cachée des yeux indiscrets de la presse à scandale, sachant très bien qu'ils auraient pu tout détruire dans leurs colonnes. La vérité sur la durée de sa maladie s'en est allée avec lui. Mais en regardant en arrière, durant ces quelques derniers mois, il a fait preuve d'un courage exceptionnel face à la maladie: nous savons désormais qu'il a tourné sa dernière vidéo, 'Days Of Our Lives', dans une immense souffrance. Il tenait difficilement debout mais insista pour continuer jusqu'au bout, et il la fit alors avec son humour et sa gaieté habituelle incomparable.

Il s'est aussi révélé depuis qu'il avait enregistré l'album 'The Miracle' sans savoir s'il pourrait le finir et s'il serait encore là pour en faire un autre, et après l'avoir terminé, il insista pour retourner en studios pratiquement imédiatement pour travailler au suivant. Le résultat fut le puissant 'Innuendo'. Sa voix sur cet album était si forte qu'à elle seule elle démentait le sérieux de sa maladie, laissant les fans reprendre confiance dans le fait que les rumeurs qu'ils entendaient ou lisaient au sujet de sa mauvaise santé étaient tout à fait infondées.

Brian avait écrit l'article suivant pour être inséré dans un magazine du Fan Club spécial Hommage, juste avant Noël:

'Comme vous le savez à présent, Freddie se battait contre le terrible mal du Sida depuis des années, et pendant la majeure partie de tout ce temps nous ne le savions pas. Pour Freddie, son Art et ses Amis étaient tout, il s'est donné à fond avec une force incommensurable pour les deux. Il était déterminé à ce qu'aucun signe de fragilité ou de faiblesse ne puisse ternir 'sa' musique, et 'notre' musique, ou encore rendre la vie pénible à ses amis. En refusant de concéder quoi que ce soit à la maladie, sa force surprenante et son courage lui donnèrent la possibilité de continuer à enregistrer des albums, des vidéos, etc... à plein temps, même si cela lui coûtait de plus en plus en termes de souffrance. Il ne s'est jamais plaint à nous de tout son malheur, et n'a jamais laissé le découragement prendre le dessus sur son travail, sa voix semblait miraculeusement de plus en plus puissante. Et il est mort sans avoir jamais perdu conscience.

Freddie n'a jamais voulu de pitié, il voulait exactement ce que les fans lui apportaient, la confiance, le soutien, et l'adhésion à cet étrange route sinueuse vers l'excellence que nous, Queen, avons essayé de suivre. Vous l'avez soutenu pour être cet esprit libre hors-normes qu'il était, qu'il est. Freddie, sa musique, son énergie créatrice éblouissante sont là pour toujours.'

Les derniers voeux de Freddie étaient très clairs: il voulait que de l'argent soit versé en son nom à l'association de Lutte contre le Sida la plus importante, The Terrence Higgins Trust. Les trois membres de Queen restants et leur manager, Jim Beach, décidèrent que l'épitaphe la plus convenable était de rééditer son chef-d'oeuvre classique, 'Bohemian Rhapsody', avec le poignant 'Days Of Our Lives' en double face A, et de reverser toutes les royalties au Trust. EMI accepta et versa, elle aussi, sa part de royalties. Il fut pressé et mis en vente en l'espace d'une semaine, ce fut l'édition de single la plus rapide qu'ait jamais réalisé EMI, 100,000 exemplaires du single furent vendus durant la première semaine de sa sortie, le faisant entrer directement à la place n°1 du UK Chart. Il le resta cinq semaines d'affilée.

Même après une telle tragédie, Queen en étaient toujours à créer l'évènement, tout d'abord avec 'Bohemian Rhapsody' étant le tout premier single à être réédité et à obtenir la 1ère place pour la seconde fois à des années d'intervalle. Pendant sa première mise en vente, 1,300,000 exemplaires avaient été vendus, la seconde fois il s'en est vendu pas moins de 1,100,000 exemplaires, faisant de celui-ci la deuxième meilleure vente de single en UK trois semaines seulement après sa sortie (la meilleure vente alors était le canadien Bryan Adams et 'Everything I Do, I Do It For You'); c'était la première fois qu'un groupe avait eu deux singles et deux albums entrant directement n°1 dans les charts dans la même année. 'Bohemian Rhapsody' était n°1 pendant la période de Noël, c'était la première fois qu'un disque était n°1 pour le seconde fois durant la période des fêtes de fin d'année. 'Greatest Hits Two' était la troisième meilleure vente d'albums de 1991 et 'Greatest Hits One' était la 25e meilleure vente d'albums cette année-là. En décembre 1991, Queen n'avait pas moins de 10 albums dans le UK Top 100, un résultat jamais atteint par aucun artiste. Pour compléter tout çà, leur album 'Greatest Hits One' fut certifié 11 fois Disque de Platine, faisant de celui-ci la meilleure vente d'albums jamais réalisée en Grande-Bretagne. Ils dominèrent également le Chart Vidéos avec 'Greatest Flix Two' à la première place pendant 2 semaines, 'Box Of Flix' n°2, 'Live At Wembley', 'Rare Live', 'We Will Rock You', et 'Greatest Flix One' tous dans le chart en même temps. Parmi tout çà, le premier single solo de Brian sous son propre label, avait été mis en vente, comme prévu, le 25 novembre 1991. La semaine précédant le décès de Freddie, alors que tout le monde savait qu'il était gravement malade et que ses jours étaient comptés, Brian avait voulu repousser la sortie du single, ne désirant pas paraître ingrat en le sortant en de telles circonstances. Il exprima ses sentiments à Jim Beach, qui à son tour, en fit part à Freddie durant l'une de ses fréquentes visites. Le commentaire fut typique de l'humour de Freddie, même souffrant énormément, quand il répondit: 'Dis-lui qu'il doit le sortir, quelle meilleure publicité pourrait-il avoir?'

Il le mit en vente, et il obtint un énorme succès, atteignant la 6e place dans le Chart britannique des singles. Mais son succès ne peut pas être attribué seulement à la disparition de Freddie, car en effet, en réalité, il aurait pu se faufiler dans le retour en force des disques de Queen. Mais c'était un morceau génial qui s'adressait non-seulement aux fans de Queen, mais aux fans de rock en général. Il atteignit la place n°1 du chart rock de Kerrang. Brian admit avoir été surpris par son succès.

Noël 1991 fut une époque très triste pour tous les proches de Freddie et ses milliers de fans dans le monde. L'esprit festif n'était pas au rendez-vous, Brian et John s'envolèrent pour Los Angeles avec leurs familles pour y passer les vacances, et Roger disparut en Mauritanie. Ils avaient besoin de temps pour retrouver la paix et réfléchir, et cela leur donna l'occasion de faire le bilan de ce qu'ils avaient fait de leurs vies et de penser à l'avenir.

Le 6 février 1992, Hollywoods Records édita 'Bohemian Rhapsody' avec en double face A 'The Show Must Go On'. Tous les bénéfices de ces ventes furent reversés au Magic Johnson Aids Foundation aux USA.

Le 12 février 1992, the British Phonographic Industry organisèrent leur annuels 'Brits Awards' à l'Hammersmith Odeon à Londres, et 'These Are The Days Of Our Lives' fut élue 'Meilleur Single Britannique pour 1991'. Freddie reçut un award spécial posthume reçut par les trois membres restant de Queen.

Le même jour également, pendant cette même Cérémonie, il fut annoncé qu'un immense concert serait organisé à la mémoire de Freddie , permettant de récolter une vaste somme d'argent pour aider toutes sortes d'associations, et aussi permettant de faire prendre conscience du Sida. L'endroit réservé pour cela était le stade de Wembley à Londres, et la date le jour de Pâques, le 20 avril 1992.

La vente des billets pour cet évènement débuta le lendemain des Brits Awards, et ils furent épuisés en l'espace de 6 heures seulement! Avant même de savoir qui d'autre participerait à cet évènement, mis à part les trois membres restant de Queen.

L'organisation du concert débuta le 17 février 1992 lorsque Gerry Stickells, vétéran de bien des tournées de Queen, emmena son équipe dans les bureaux du groupe à Pembridge Road. Roger, Brian et John avaient la responsabilité de contacter autant d'artistes et de groupes qu'ils le pouvaient pour prendre part à cet évènement, bien qu'il ne manqua pas de gens célèbres pour offrir leurs services 'pour Freddie'.

Beaucoup de semaines furent passées à rassembler les équipes techniques et pour convevoir la scène et les jeux de lumières, organiser l'approvisionnement, les loges, et le matériel. Lorsque les artistes furent réservés, le calendrier des répétitions dut être organisé aussi. Le transport pour autant de monde était un vrai cauchemar, et les dates, les jours et les heures changaient sans cesse, encore et encore. Dans les bureaux, un endroit exigu qui n'était pas conçu pour recevoir autant de monde, l'atmosphère était lourde et électrique. Plusieurs milliers de billets avaient été réservés pour les membres du Queen Fan Club et cela prit des semaines pour les attribuer tous et leur faire parvenir. Des billets avaient également été réservés pour les familles et les amis de tous ceux prenant effectivement part, et la liste de chaque artiste grandissait chaque jour un peu plus.

Le concert devait être diffusé en direct sur BBC2 TV, et devait aussi être diffusé à la radio en stéréo sur Radio One; il devait également être diffusé en direct dans le monde entier. Des liaisons satellites durent être arrangées, les chaînes de TV et les stations de radio préparées et installées pour recevoir le son et l'image.

Pour Queen, les répétitions débutèrent le 27 mars 1992, dans un studio sur Shepherd's Bush à Londres Ouest. Ils passèrent la première semaine à dépoussiérer leurs anciens succès, et ensuite à s'habituer à jouer leur matériel plus récent. C'était une période triste et quelque part angoissante pour eux tous. Jouer tout ce matériel sans Freddie, c'était à briser le coeur, et la pensée seulement de se retrouver sur cette scène de Wembley sans lui était encore plus difficile à supporter. Mais ils trouvaient qu'ils faisaient ce qu'il fallait, non-seulement pour Freddie, mais aussi pour les fans qui ressentaient tous le besoin de lui dire au-revoir à leur manière, et quant à eux, c'était leur manière de le laisser partir.

Deux semaines plus tard, les répétitions continuèrent aux Studios Bray dans le Berkshire, l'endroit où par le passé avaient été tournés tant de films d'horreur de la célèbre Hammer House et bien des épisodes de Thunderbirds. Les noms de ceux qui allaient prendre part à cet évènement se lisaient comme le Who's Who de la Rock Music: David Bowie, Guns'n'Roses, Metallica, Extreme, Def Leppard, Annie Lennox, Seal, Lisa Stansfield, Elton John, George Michael, Robert Plant, Roger Daltrey, Liza Minelli, Elisabeth Taylor, Paul Young, Zucchero, Bob Geldof, Tony Iommi, Mick Ronson, Ian Hunter, The London Gospel Community Choir, Spike Edney, Josh Macrae, Chris Thompson, Maggie Ryder et Miriam Stockley. Tous les artistes avaient fait de grands efforts pour être disponibles aux Studios Bray pour répéter, car, pour la plupart, c'était la première fois qu'ils interprétaient un titre de Queen. Les studios furent vrombissant pendant les quelques semaines avant le concert, et aucun d'eux ne mit son ego en évidence, tout le monde travailla ensemble pour la cause commune.

Le mercredi 15 avril, les équipes techniques s'emparèrent du stade de Wembley et commencèrent le long et dur labeur de construire la scène. Cela allait être un très grand édifice, plus grand encore que la scène du Magic Tour que Queen utilisa en 1986. Un phoenix de 12 mètres de haut fut dressé au-dessus de la scène pour l'orner, avec deux oiseaux plus petits de chaque côté, au-dessus des écrans géants.

La Cérémonie annuelle des Ivor Novello Awards eut lieu à Londres le 15 avril 1992 au prestigieux Grosvenor House Hotel. Brian et Roger y assistèrent, et reçurent l'award pour la 'Meilleure Vente Britannique de face A' pour 'These Are The Days Of Our Lives', et Brian reçut également l'award pour le 'Meilleur Theme pour une Publicité TV / Radio'. Brian et Roger donnèrent un chèque de plus de £1,000,000 au Terrence Higgins Trust, étant les bénéfices des ventes de 'Bohemian Rhapsody / These Are The Days Of Our Lives'.

Le samedi 18 avril, la construction de la scène dut être interrompue car l'équipe de football américain 'The London Monarchs' avait un match de prévu, laissant leurs fans apercevoir la scène à demi-construite. Le travail continua toute la nuit et continuait encore le matin suivant au moment où les artistes commençaient à arriver pour leur dernière balance avant le spectacle de lundi soir.

Durant les jours précédents, le temps avait été incertain et tout le monde priait pour qu'il fasse beau, une assurance contre les intempéries, où cas où le concert aurait du être annulé si le temps se révélait trop mauvais, était bien trop coûteuse pour même y penser! Mais le lundi de Pâques se leva ensoleillé et sec et resta ainsi toute la journée.

La foule avait commencé à arriver le dimanche, beaucoup d'entre eux équipés de sacs de couchage pour passer la nuit en tête de file d'attente. A 10 heures, le lundi matin, Wembley était assiégé, et les portes ne devaient pas ouvrir avant 16 heures. En coulisses, tout était raisonnablement calme, si l'on considère la taille véritable de cet évènement et le nombre de personnes y prenant part. Les artistes arrivaient à l'heure et passèrent les heures avant-concert à discuter avec des amis ou buvant au bar du Hard Rock Cafe spécialement construit pour l'occasion. L'atmosphère dans ce bar était électrique, mais vous pouviez lire la tristesse derrière tout çà, car la personne qui les avait tous tant inspiré n'était plus là pour assister à tout çà.

A 16 heures, ce fut l'ouverture des portes, et les fans inondèrent le stade, courant sur le plastique spécial recouvrant la pelouse sacrée de Wembley, se ruant vers la scène et aux places qu'ils devraient occuper pendant 6 heures au minimum. Alors qu'ils se ruaient vers l'intérieur, la multitude de stands de merchandising commença ses ventes. A la fin de cette journée, le record de ventes d'articles de merchandising à Wembley avait été enregistré. Une bannière rouge était offerte à chaque achat du programme de la soirée, portant les mots 'Freddie Mercury -AIDS Awareness'. On avait remis un ruban rouge à chaque personne au moment où ils pénétraient le stade, pour le porter en guise de symbole de leur soutien des malades du Sida, de leurs familles, et des gens qui les aident, des bénévoles et de ceux qui travaillent dans ce domaine.

Vers 18 heures, Brian, Roger et John montèrent sur scène pour ouvrir le spectacle, le stade n'était plus qu'un océan de bannières rouges. Le commentaire émouvant de Roger disant qu'en ce jour tout le monde pouvait pleurer autant qu'il voulait fut pris au pied de la lettre par la majorité du public présent. Le premier groupe à monter sur scène fut Metallica, suivi d'Extreme, Guns'n'Roses, puis Def Leppard. Une vidéo de U2 fut diffusée sur écran géant extraite de leur concert américain de la veille. L'atmosphère était fait d'excitement électrique et de célébration, mais il régnait une tristesse bien tangible, ressentie encore plus lorsque les trois membres restant de Queen montèrent sur scène après l'entracte pour jouer leurs succès les plus célèbres. Une succession de grands artistes firent leur apparition pour chanter avec tout leur coeur, et, aussi pour dire leurs sentiments à propos de Freddie mais aussi à propos du Sida et de ses effets dévastateurs. Elisabeth Taylor fit un discours poignant, et malgré que quelques-uns dans la foule essayèrent de la chahuter, la majorité écouta ce qu'elle avait à dire, et applaudit à tout rompre lorsqu'elle eut terminé. Le concert alors fut connecté avec Johannesburgn et le groupe sud-africain, Mango Groove. C'était le premier concert par lien satellite entre l'Afrique du Sud et le Royaume-Uni.

D'autres stars firent de leur mieux pour atteindre les notes aigues de Freddie (la plupart firent descendre d'un octave pour pouvoir chanter) et après son set, David Bowie s'agenouilla pour réciter le 'Notre Père' pour tous ceux qui connaissaient quelqu'un atteint du virus. La majorité de la foule baissa la tête et le récita avec lui. Finalement, Brian prit par l'émotion et en larmes présenta Liza Minelli. Elle interpréta une version de 'We Are The Champions' dont Freddie aurait été tellement fier, et elle fut rejointe sur scène par tous les artistes ayant pris part pour un final chanté d'une seule voix très émouvant.

Le public, cependant, fut vraiment la star de la journée. Ils chantèrent à pleins poumons toute la journée.Ils connaissaient toutes les paroles de toutes les chansons de Queen, ils chantèrent, ils pleurèrent et ils rirent aussi. C'était leur jour à eux pour dire au-revoir à leur héros, mais ce fut aussi une journée qui les informa à propos du Sida. On espérait qu'ils rentreraient chez eux en connaissant mieux les risques encourus, et encore plus comment éviter de les prendre.

Le nombre de spectateurs et téléspectateurs estimé de ce concert, rien qu'en Grande-Bretagne, était de l'ordre de 6,300,000 personnes, et de plus d'un milliard à travers le monde entier. Une semaine après cet évènement, 'Greatest Hits One' ré-entra dans le chart britannique d'albums à la place n°16, et le 'Greatest Hits Two' remonta à la 6e place. Queen fonda une association caritative appelée 'The Mercury Phoenix Trust' pour diriger et distribuer les vastes sommes d'argent que l'on espérait que cet évènement ait réussi à récolter.

Grâce à un film à succès appelé 'Wayne's World' et au résultat de la programmation de Wembley sur la chaîne Fox TV, 'Bohemian Rhapsody' grimpa à la 2e place dans le Billboard Chart Singles américain , et la version américaine de 'Greatest Hits' appelée 'Classic Queen' grimpa à la 4e place dansle chart des albums américain et reçut un Disque de Platine.

Début juin 1992, Brian travaillait au studio d'enregistrement de sa maison du Surrey (une pièce qui était, avant, une salle de billard) enregistrant des morceaux pour son très attendu album solo. Il avait presque terminé l'album qui devait sortir à la fin de l'année.

Roger s'était envolé pour les chaudes plages des Bermudes, après quoi il avait prévu de travailler à un nouvel album solo (sans The Cross).

John prévoyait d'aller passer des vacances en famille à Los Angeles, mais, musicalement, il n'avait aucun projet immédiat. En tant que groupe, les trois membres de Queen étaient en pleines discussions à propos de la réédition du matériel solo de Freddie, avec quelques titres remixés par Queen. La collaboration de Freddie et Montserrat, le single Barcelona, était déjà prévu pour une réédition étant l'hymne de ces prochains Jeux Olympiques d'Eté.

Le 26 mai 1992, EMI édita une version intégrale inédite du concert du stade de Wembley lors du Magic Tour 1986 de Queen sous forme de double CD et de double cassette. En Grande-Bretagne, cette édition entra dans les charts à la seconde place.

Même encore maintenant, ce livre n'a pas de fin définitive. The Freddie Mercury Tribute Concert fut l'un des évènements les plus importants depuis le Live Aid en 1985 qui avait donné envie à Queen de rester ensemble. Et ces quelques morceaux sur lesquels Freddie a enregistré avec Queen début 1991 attendent encore. Ils pourraient être terminés, arrangés, et additionnés par des morceaux de Brian, Roger et John, et peut-être un album final de Queen pourra émerger d'ici fin 1993. Alors, pour le moment au moins, Queen est toujours là.

Suite de la biographie

Retour au sommaire de la biographie